Vous êtes ici : Accueil > Le château > Poème

Poème

Le bas de la tour vu de côté       La Ménardière en poème

 

A  qui s’en sera enquis,   Il faudra qu’on réponde :

Voici une métairie, dans la Vendée profonde.

“Une métairie dites-vous ? plutôt une seigneurie”

Eh oui, c’était les deux, du temps que les seigneurs

N’étaient pas à Versailles à chercher les honneurs. 

 

Nous sommes dans le bocage, c’était un vieux château.                                       Arrière de La Ménardière avec la cour

Les ans, et puis les guerres, la pluie, les incendies

Rabattirent sa fierté. Il tomba dans l’oubli.

Longtemps il attendit que cessent tous ces maux.

 

Le Puy du Fou, Maillezais, La Chabotterie, Fontenay

Tour à tour se relèvent, tour à tour se réveillent.

Usant ses dernières forces, la Ménardière aussi

Humblement se redresse et doucement reprend vie. 

 

Ses roches de granit couvertes de châtaignes 

Regardent vers le sud, vers l’ombre du dolmen 

(Qui rappelait qu’ici toujours on y vécut).

Le chemin de Saint Pierre, la vieille voie romaine,

Tout au fond de sa terre est creusée dans les haies.

 

Et dans le petit bois, le long de l’avenue, 

Dans les douves qui baignent les murs du domaine, 

Dans l’enceinte de la cour, tout  près du puits profond, 

On chasse le chevreuil, on pêche les gardons, 

On cueille les framboises, les roses et les groseilles

Comme aux temps les plus doux, comme au temps des merveilles

                                *****

Murs de dur granit à sculptures médiévales,

Escalier, monument que l’on monte à cheval 

Voûtes richement sculptées et portes dérobées, 

Coffre cerclé de fer et porche pigeonnier, 

Cheminées crépitantes et armoires profondes,

Dans les chambres, une alcôve ou bien un baldaquin 

Les volutes d’un berceau aux voilages anciens.

 

Dehors, hérons et chouettes, grenouilles et étourneaux  

Pépiement de l’alouette et cloches qui répondent

Bruissement de la source qui rejoint le ruisseau.

 

Et puis l’allée de hêtres : genêts et digitales 

Couvrent le sol pierreux de milliers de pétales, 

Plus loin, l’ancien lavoir, la tour du vieux clocher.

 

             Enfin la vieille légende du trésor oublié...           

 

 
 
Vue des "chitons" en direction de La Ménardière et de Saint Pierre du Chemin

 

Partager cette page sur : Ajouter à facebook. Ajouter à twitter. Ajouter à Google+.